jeudi 26 décembre 2013

Lettre d'amour à Angelina Jolie

“My wife got sick.  She was constantly nervous because of problems at work, personal life, her failures and problems with children.

She has lost 30 pounds and weighed about 90 pounds in her 35 years. She got very skinny, and was constantly crying. She was not a happy woman. She had suffered from continuing headaches, heart pain and jammed nerves in her back and ribs.

She did not sleep well, falling asleep only in the morning and got tired very quickly during the day. Our relationship was on the verge of break up.

Her beauty was leaving her somewhere, she had bags under her eyes, she was poking her head, and stopped taking care of herself. She refused to shoot the films and rejected any role.

I lost hope and thought that we’ll get divorced soon…But then I decided to act on it.
After all I’ve got the most beautiful woman on the earth.

She is the idol of more than half of men and women on earth, and I was the one allowed to fall asleep next to her and to hug her shoulders.

I began to pamper her with flowers, kisses and compliments. I surprised her and pleased her every minute. I gave her lots of gifts and lived just for her. I spoke in public only about her. I incorporated all themes in her direction. I praised her in front of her own and our mutual friends.

You won’t believe it, but she blossomed. She became even better than before. She gained weight, was no longer nervous and she loved me even more than ever. I had no clue that she CAN love that much. And then I realized one thing: The woman is the reflection of her man. If you love her to the point of madness, she will become it.“            

- Brad Pitt

jeudi 19 décembre 2013

mardi 17 décembre 2013

Le premier amour

Votre premier amour n'est pas toujours la première personne que vous avez embrassez, ou celle avec qui vous avez eu votre premier rendez-vous. Votre premier amour est la personne que vous comparez tout le monde à. Cette personne que vous n'oublierez jamais même si vous vous convainquez que c'est fini et que vous êtes passé à autre chose.

mardi 10 décembre 2013

Une belle leçon de civilisation

Une équipe de tournage s’est rendue en Amazonie afin de montrer à une tribu des images de notre monde.

Ils leur ont montré le meilleur et le pire, ensuite ils leur ont demandé leurs réactions.

http://vimeo.com/57872598  

mardi 3 décembre 2013

La mer


En mer depuis quatre mois, la québécoise Mylène Paquette est arrivée à Lorient, en Bretagne, après quatre mois, complétant ainsi sa traversée de l’océan Atlantique à la rame. Elle a publié ce dernier texte sur son blogue lundi. Très inspirant.  

Le 11 novembre 2013

Je ne te supplierai pas de me laisser tranquille, c’est moi qui te cherchais. Au moment d’écrire ces lignes, on se prend la tête avec une dernière querelle et, comme d’habitude, c’est toi qui auras le dernier mot. J’abdique certes et je ne cherche pas à avoir raison. Mon ego reste à sa place, bien tapi dans le dernier recoin au sec de mon esprit.

Cher Océan, ça fait maintenant quatre mois que l’on partage nos vies et déjà je dois te quitter. Je te donne ma parole que nous allons nous retrouver. J’ai apprécié chaque moment passé en ta compagnie, même les plus difficiles, car ils ont su me révéler. Tu m’as permis de me découvrir, me dépasser, me surprendre et, le plus important, de reconnaître mon humilité. Pour chaque trésor trouvé ici, je veux te dire merci.

Tu reconnais sûrement ma voix, car près de toi j’ai crié plus d’une fois. J’ai même déjà cru crier de mes poumons mon dernier souffle, je t’ai crié d’arrêter, de me laisser tranquille, de te calmer… Malgré tout, résonnait tous les jours un éclat matinal de ma petite voix du matin, mon célèbre et traditionnel « Hello World ! » depuis le pont de mon minuscule esquif.

Notre quotidien s’est construit d’horizons merveilleux, de ciels sans obstacle, d’étoiles. D’un lever de lune pleine à un autre et de tes célèbres couchers de soleil, j’ai rencontré ton âme et tes habitants, des êtres surprenants et merveilleux. Chaque jour, j’aperçus l’un d’entre eux, que ce soit une baleine, d’adorables globicéphales, des dauphins, des bancs de poissons, du plus petit au plus effroyable du monde, une vieille tortue, des oiseaux, des calmars ou de gracieuses méduses. Ici, se respectent et s’achèvent, au rythme de ta volonté des milliers d’êtres contribuant au monde, soit de leurs chairs, soit de leurs ruses, parvenant à maintenir de justesse un équilibre incertain pour construire cet univers marin auquel je tire aujourd’hui ma révérence.

J’ai eu peur de toi plus d’une fois. Maintenant que je t’aime à ce point, j’ai beaucoup plus peur pour toi que pour ma petite personne bien limitée. Promets-moi de bien prendre soin des marins de la planète qui te chevaucheront et qui feront passage en tes eaux. De mon côté, je te promets de t’être toujours loyale, de leur parler de toi en bien et de louanger ta beauté, ta discipline, tes couleurs et surtout tes habitants. Je leur parlerai de toi, je leur dirai à quel point tu es belle, à quel point on ne se soucie pas assez de ton destin. Je leur dirai que tes oiseaux m’ont fait la cour tous les jours et que ton silence peut faire jaillir les plus vieux souvenirs ensevelis aux confins de nos esprits.

Les humains pourront peut-être comprendre que le mal qu’on te fait, nous le faisons d’abord à nous-mêmes. Car, après notre départ et celui des oiseaux, tu continueras à éroder les rochers les plus durs de ce monde et à embrasser les berges. Tu déferleras à jamais en toi-même, tu gronderas et toujours, même si l’Homme n’est plus pour écouter de ses sourdes oreilles, tu feras crépiter l’air à ta surface et ainsi créer le plus beau son du monde, soit l’effervescence de tes eaux.


A +