jeudi 31 janvier 2013

La Vie


La vie est une chance, saisis-là
La vie est beauté, admire-là
La vie est une béatitude, savoure-là
La vie est un défi, fais-lui face
La vie est un devoir, accomplis-le
La vie est précieuse, prends-en soin
La vie est une richesse, conserve-là
La vie est amour, jouis-en
La vie est un mystère, perce-le
La vie est une promesse, remplis-là
La vie est tristesse, surmonte-là
La vie est un hymne, chante-le
La vie est un combat, accepte-le
La vie est une tragédie, prends-la à bras le corps
La vie est une aventure, ose-là
La vie est un bonheur, mérite-le
La vie est la vie, défends-là 

Mère Teresa

...je n'avais jamais lu ce texte avant...que dire de plus que wow, tout est là.

mardi 29 janvier 2013

lundi 28 janvier 2013

La lettre d'adieu de Gabriel Garcia Marquez

Gabriel Garcia Marquez

Ce texte a été présenté comme la lettre d'adieu de l'auteur Gabriel Garcia Marquez avant sa mort.


"Si pour un instant Dieu m'offrait un morceau de vie, je profiterais de ce temps le plus possible …

Je suppose que je ne dirais pas tout ce que je pense, mais je penserais à tout ce que je dis.

Je donnerais une valeur aux choses, pour ce qu'elles signifient.

Je dormirais peu, je rêverais plus, je crois que chaque minute passée les yeux fermés représentent soixante secondes en moins de lumière.

Je marcherais quand les autres s'arrêtent, je me réveillerais quand les autres dorment.

Je donnerais des ailes à un enfant, mais je le laisserais apprendre à voler seul. J'enseignerais aux vieux que la mort ne vient pas avec l'âge mais avec l'oubli.

J'ai appris tant de choses des hommes …

J'ai appris que tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, sans savoir que le véritable bonheur c'est dans la manière de l'escalader.

J'ai appris que quand un nouveau-né serre fort de son petit point, pour la première fois, la main de son père, il le retient pour toujours.

J'ai appris qu'un homme n'a le droit d'en regarder un autre de haut que pour l'aider à se lever.

Dis toujours ce que tu sens, fais ce que tu penses.

Il y a toujours un lendemain, et la vie nous donne une autre occasion de faire bien des choses : mais si jamais je n'ai plus que ce jour, j'aimerais dire à tous ceux que j'aime combien je les aime.

Le lendemain n'est garanti à personne, qu'il soit jeune ou vieux …

Aujourd'hui peut … être le dernier jour où tu vois ceux que tu aimes.

N'attends pas, fais-le aujourd'hui, car, si demain ne vient pas, tu regretteras de n'avoir pas pris le temps d'un sourire, d'une caresse, d'un baiser, trop occupé que tu étais.

Garde près de toi ceux que tu aimes, dis-leur à l'oreille combien tu as besoin d'eux, aime-les et traite-les bien, prends le temps de dire "je regrette", "pardonne-moi, s'il te plaît", "merci", et tous les mots d'amour que tu connais.

Demande au Seigneur la force et la sagesse de les exprimer.

Car personne ne se souviendra de tes pensées secrètes.

Il faut qu'elles soit dites … avant que tout soit consommé …"

Gabriel Garcia Marquez

samedi 26 janvier 2013

vendredi 25 janvier 2013

L'écume des jours


 Je ne sais pas...on s’attaque à un gros classique quand même...Sortie le 24 avril...avec Audrey Tautou, ça peut juste être bon...on verra bien!

jeudi 24 janvier 2013

Spécial Alizée (pour mon plaisir perso)


Je sais...je sais...c'est pas le talent...pas la voix...mais j'suis incapable de résister...à ce petit vent français...


...ça vient du jeu de bassin...probablement...hmmm peut-être l'ensemble de l'oeuvre en fait...


je sais...j'ai honte...mais je suis un homme faible...lapidez-moi....trop canon elle.



C'est pas correct moi je dis. Non, c'est pas correct...Bref, j'vous dirai pas ce qu'elle m'inspire.







mercredi 23 janvier 2013

Comment savoir si on est en amour?



5 signes qui ne trompent pas

...trouvé sur http://www.psychologies.com/ je voulais couper certains passages mais je n'y arrivais pas...voici donc l'intégral du texte. Les mentions légales du site ne mentionnent rien quant aux droits d'auteurs...je retirerai au besoin!

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’amour, ce n’est pas pépère; ça chavire, ça secoue, ça nous lie mystérieusement à l’autre dans une épopée qui échappe à toute rationalité.

Trouver l’autre mystérieux
L’amour est un mystère pour ceux qui le vivent, un mystère pour ceux qui le regardent. Nous constatons, mais nous ne comprenons pas. Pourquoi ? Parce que ce qui nous lie à l’autre est inexplicable. Aimer vraiment, c’est aller vers quelqu’un, non pas seulement pour son image (sa beauté, sa ressemblance avec tel ou tel), ni pour ce qu’il symbolise (un père, une mère, le pouvoir, l’argent), mais pour son secret. Ce secret que nous ne savons pas nommer, et qui va rencontrer le nôtre : un manque ressenti depuis l’enfance, une souffrance singulière, indéfinissable. « L’amour s’adresse à notre part d’inconnu, explique le psychanalyste Patrick Lambouley.

Il y a un vide en nous qui peut causer notre perte, nous pousser à nous tuer. Eh bien, l’amour, c’est la rencontre de deux blessures, de deux failles, le partage avec quelqu’un de ce qui nous manque radicalement et que l’on ne pourra jamais dire. » L’amour vrai, ce n’est pas « Montre-moi ce que tu as » ou « Donne-moi ce que tu as pour combler ce qui me manque », mais plutôt « J’aime la manière dont tu essaies de guérir, ta cicatrice me plaît ».

Rien à voir avec l’hypothèse de la « moitié d’orange », déclinaison du Banquet de Platon (LGF, “Le Livre de poche”, 2008), qui nous voudrait incomplets parce que coupés en deux. L’amour nous rendrait alors « un » et heureux ! « C’est la cause de la faillite forcée de bien des couples, observe Patrick Lambouley. Quand certains s’aperçoivent qu’ils ressentent encore une insatisfaction, ils s’imaginent que c’est parce qu’ils n’ont pas trouvé l’homme ou la femme qu’il leur “fallait”, et qu’ils doivent en changer. Ce n’est évidemment pas le cas. » Aimer vraiment, c’est dire à l’autre : « Tu m’intéresses. »

Avoir peur de le perdre
Aimer, c’est avoir peur. Tout le temps. Freud, dans Malaise dans la civilisation (2), l’explique ainsi : nous devenons dépendants parce qu’il faudra que l’autre nous soutienne toujours dans l’existence. D’où la peur de le perdre. Explication lumineuse de Monique Schneider (3), philosophe et psychanalyste : « L’amour implique une prise de risque. Il suscite un phénomène de vertige, parfois même de rejet : on peut casser l’amour parce que l’on en a trop peur, le saboter tout en essayant de se confier, réduire son importance en s’attachant à une activité où tout repose sur soi-même. Tout cela revient à se protéger du pouvoir exorbitant de l’autre sur nous. »

D’autant, souligne encore Freud, qu’Éros et Thanatos vont de pair. Je t’aime, je te détruis. Éros, c’est notre désir de nous lier amoureusement les uns aux autres?; Thanatos, c’est la pulsion de mort qui nous pousse à rompre le lien pour que notre moi reste tout-puissant. L’amour poussant à sortir de soi, le moi le combat. « C’est difficile de renoncer à soi, décrypte le psychanalyste Jean-Jacques Moscovitz (4). On sent bien quand on aime que quelque chose nous tiraille.

L’amour touche à notre être, à ce que nous sommes au monde. Peu de gens s’en rendent compte. Ils se retrouvent seuls et se sentent bien dans cette solitude puisqu’ils sont désormais à l’abri de cette pulsion de mort. Mais quand, dans l’amour, on a survécu aux déchirements, aux conflits, on atteint une zone formidable où rejaillit le sentiment. » L’amour vrai n’est pas un contrat d’affaires : c’est un sentiment violent qui fait courir un danger aux deux partenaires. Il ne faut jamais l’oublier quand on doute, quand l’autre semble nous « désaimer ». « Quand quelqu’un se défend, explique Monique Schneider, ça ne veut pas dire qu’il n’est pas amoureux. Il peut juste redouter de se retrouver les mains liées. »

Accepter de s’engager avec lui dans l’inconnu
Rien n’est écrit. Le romantisme de la passion qui flamberait puis irait vers une prévisible extinction est un mythe. L’amour ne prend pas systématiquement le chemin d’une pente déclinante. Il peut emprunter une route inverse. Nous devons accepter de ne pas avoir de maîtrise sur nos sentiments. « On n’entre pas dans un univers volontariste ou méthodique, ajoute Monique Schneider. On peut passer par des épisodes contrastés. Traverser des instants de bonheur extatiques fait que l’on peut ensuite tomber de très haut, bien sûr.

Mais être persuadé que l’amour n’est jamais certain signifie que l’on a hérité d’un passé qui nous empêche de croire en nous et en l’autre. Pour aimer vraiment, il faut presque croire en une sorte de miracle. Freud parle d’attente croyante. Il faut entretenir le feu qui peut redémarrer, ne pas exiger de satisfaction immédiate. » Accepter l’inconnu, être patient…

Éprouver du désir
Aucun doute : aimer, c’est avoir envie de l’autre. Mieux, confirme Jean-Jacques Moscovitz : « Faire l’amour aide à aimer. Sans échange corporel, quelque chose dans l’amour ne se fait pas. L’amour demande du plaisir parce qu’il y a du désir. Et les amants qui s’aiment connaissent une jouissance supplémentaire. La différence des sexes s’annule dans le rapport. On ne sait plus qui est l’un et qui est l’autre. Les deux se confondent. Il y a désinvestissement de la valeur de l’organe. On fait corps. C’est une jouissance qui écrase. » Sans amour, le plaisir se vit comme un moyen de se débarrasser d’une tension, tandis que pour jouir dans une émotion qui dégage des ondes, des vibrations, une expérience forte, il faut aimer vraiment : « Dans l’amour, on obtient une jouissance autre », renchérit Monique Schneider.

Une baisse de désir signifie-t-elle un désamour ? Pas du tout : « Il est des moments de bonheur où l’on est tellement heureux que l’autre soit ce qu’il est que l’on peut simplement se satisfaire du fait qu’il existe », rappelle Monique Schneider. Au-delà de ces instants de contemplation, d’autres femmes dissocient amour et désir. « Ce n’est pas qu’il y ait moins de sentiments, développe Jean-Jacques Moscovitz. Au contraire. C’est un peu comme si se donner trop allait les faire disparaître. Intervient ici quelque chose de l’enfant qui n’est pas réglé, un idéal de l’amour beaucoup trop ancré dans l’idéal paternel. Elles ont été femmes et redeviennent des petites filles : la relation leur apparaît incestueuse. La dimension paternelle reprend le dessus, peut-être pour se protéger de cette peur de se voir dissoutes dans le corps à corps. »
Ces femmes se réfugient dans un amour adorateur, se défient de la relation sexuelle, qui doit à nouveau être apprivoisée. Elles peuvent alors passer par une autre forme de rapport physique, celle de l’étreinte : envelopper l’autre, le porter comme s’il était à l’intérieur de soi. Et quand l’envie revient, le désir suit. Rien de figé dans ces flux et reflux. Tout va et vient.

Se sentir exister
« Être aimé, c’est se sentir justifié d’exister », disait en substance Sartre. L’amour vrai, c’est cette expérience de légitimation au monde, cette illusion que notre amour est unique. L’autre est l’idéal incarné, et nous existons grâce à son regard. L’amour nous redonne un statut d’enfant convaincu de sa toute-puissance, convaincu que s’il n’existait pas, le monde raterait quelque chose. On s’élit l’un l’autre.

Ce thème biblique de l’Élu, Freud le reprend à son compte pour bien distinguer l’amour vrai de l’amour charité tourné vers le bien. Nous investissons l’autre. Nous lui reconnaissons son importance radicale : nous l’estimons, nous le valorisons, nous le croyons irremplaçable. Nous avons fait une trouvaille, découvert un trésor. Nous ne sommes plus seuls.

L’autre nous apporte aussi son monde, une ouverture vers d’autres horizons, des émotions que nous ne percevions pas avec la même intensité auparavant. Nous sommes davantage « réveillés ». Nous avons le sentiment d’être à l’abri puisqu’il a su nous découvrir. « Aimer vraiment intensifie notre sensation d’exister », conclut Monique Schneider.


Source image: www.favim.com 

Fox vs Armstrong


mardi 22 janvier 2013

lundi 21 janvier 2013

L’étrange histoire de Benjamin Button



Je n'avais jamais vu ce film avant ce soir.  J'aime terminer un film et me sentir "une meilleure personne"...je ne peux l'expliquer, c'est comme ça. C'est le genre de film où y'a plein de petites phrases sur la vie qui me parle beaucoup, le genre de film que j'aime à cause de ce qu'il m'enseigne sur la vie. Voici les plus inspirantes.

"Si tu veux mon avis il n’est jamais trop tard ou dans mon cœur trop tôt. Pour être ce que tu as envie d’être. Il n’y a pas de limite de temps, c’est quand tu veux. Tu peux changer ou rester la même. Il n’y a pas de règles pour ça. On peux en tirer le meilleur ou le pire. J’espère que tu en tireras le meilleur, j’espère que tu verras des choses qui te secoueront. Que tu ressentiras des choses que tu n’as jamais ressenties. Que tu rencontreras des personnes qui ont un point de vue différent. J’espère que tu seras fière de ta vie. Et que si tu découvres que ça n’est pas le cas, j’espère que tu auras la force de tout recommencer."

"On va tous dans la même direction, on prend des chemins différents c’est tout."

"Notre vie est définie par des opportunités... Même celles qu’on manque."

"La vie est une série de destins et d’incidents croisés échappant à notre contrôle."

"Parfois on va droit à la collision et on n’en a pas conscience, que ce soit par accident ou par dessein, nous ne pouvons absolument rien y faire."

"J’espère que tu seras fière de ta vie. Et si tu découvres que ça n’est pas le cas, j’espère que tu auras la force de tout recommencer."



dimanche 20 janvier 2013

14 instructions pour vivre une vie plus libre, une vie meilleure

La 14e est pour moi je pense. C'est vraiment mon point à travailler...


1. Réalisez que la vie met en face de vous exactement ce dont vous avez besoin à chaque moment précis. 
Il n’y a aucune raison d’avoir du ressentiment pour les choses qui arrivent sur votre route. Croyez en cette vérité et trouvez toujours un moyen d’accepter toutes choses.

2. Comprenez cette vérité qui est que tout se déroule dans une séquence d’évolution.
Soyez patient avec ce que vous essayez de faire, ne soyez pas trop frustré si les résultats n’arrivent pas, et plus important, appréciez votre voyage. Atteindre votre destination vous semblera bien moins important que ce que vous avez appris sur le chemin.

3. Gardez toujours bien à l’esprit que nous n’attirons pas seulement ce que nous voulons
Nous attirons aussi à nous des choses basées sur le type de personne que nous sommes, sur nos croyances chaque jour, et sur les émotions que nous vivons. Il est important de prendre autant de meilleures décisions que possible et de toujours ressentir qu’honnêtement vous faites ce qu’il y a de bon à faire.

4. Appréciez ce que vous faites pour votre travail ou même tout ce que vous faites la majorité de votre temps. 
Si vous n’appréciez pas ce que vous faites, alors améliorerez votre point de vue sur le sujet ou changez ce que vous faites. Il n’y a rien de plus important que votre sérénité d’esprit et à quel point vous vous sentez bien en évoluant dans votre journée. Ne laissez pas votre emploi ou n’importe quoi d’autre interférer avec votre énergie positive naturelle.

5. Si vous ne réussissez pas au début, c’est qu’il y a une raison et vous devriez vous concentrer sur cette raison. 
Il ne s’agit pas de recommencer aveuglément. Apprenez les leçons dont vous avez besoin pour réussir dans le futur.

6. Quand vous en êtes à essayer de comprendre quoi faire, ne négligez pas le fait que vous avez peut-être déjà la réponse. 
Posez-vous des questions et attendez patiemment la réponse pour vous diriger dans la bonne direction.

7. Si vous ne faites aucun progrès dans aucun domaine, vérifiez que n’avez pas des croyances limitantes, des doutes qui vous retiennent en arrière. 
Si vous êtes capable de les identifier, focalisez-vous à vous en débarrasser.

8. Choisissez de vous entourer de personne pour lesquels vous ressentez de bonnes choses. 
Cependant, sachez aussi que quand vous êtes entouré de personnes qui vous mettent au défi, vous êtes plus à même de vous focaliser sur les bonnes choses à propos d’elles au lieu de ce qui ne va pas. Si vous ne voyez rien de bon, alors regardez mieux.

9. La meilleure manière de vivre chaque jour est de concentrer votre attention sur ce qui se trouve juste en face de vous. 
Focalisez-vous toujours sur le moment présent et l’expérience présente, ne soyez pas obsédé à propos de ce qu’il s’est déjà passé ou ce que vous pensez qu’il arrivera dans le futur.

10. Aimez la vie et ayez toujours un flux d’énergie positif circulant en vous. 
Ayez un zeste de naturel pour la vie et sassiez l’opportunité d’apprécier à la fois les plaisirs infimes de la vie, et les grandes choses. Focalisez-vous sur ce qui est formidable à propos du moment et des personnes autour autour de vous.

11. Déconnectez, détendez-vous. Cela doit faire partie de votre routine quotidienne de prendre du temps pour vous. 
Faites des activités qui vous aident à vous sentir l’esprit en paix. Je ne les pratique pas, mais le Yoga, la Médiation semblent être d’excellentes solutions pour calmer son esprit. Je suis plus un adepte du fitness pour libérer mon esprit.

12. Ayez bien conscience que votre vie à le potentiel pour devenir géniale, vous pouvez accomplir des choses au-delà de vos rêves les plus fous. 
Croyez profondément en cela et faites des choses alignées avec cette réalité. Les résultats commenceront à apparaître progressivement.

13. Donnez ce que vous pouvez aux autres et aimez pouvoir être en mesure de donner par générosité. 
Voyez l’habileté à donner comme une opportunité de faire de bonnes choses et de vous sentir bien, ce n’est pas une responsabilité. Peu importe que cela soit l’argent, le temps, votre attention, votre gentillesse, ou un simple sourire, focalisez-vous à aider et procurer aux autres des émotions positives.

14. N’essayez pas de tout contrôler autour de vous. 
Lâchez-prise et laissez les choses se dérouler comme elles sont sensées le faire. Réalisez que parfois certaines choses ont besoin d’arriver pour que de plus grandes arrivent ensuite.


Source: http://www.scoop.it/t/zen-attitude
Source image: http://budgethousehold.blogspot.ca



Compteur de la dette québécoise | IEDM

Compteur de la dette québécoise | IEDM

...

Those 3 words




Those three words
Are said too much
They're not enough

vendredi 18 janvier 2013

mercredi 16 janvier 2013

lundi 7 janvier 2013

Le plan nord pour les nuls


Une mine d'information...dommage car peu de gens visionneront cet excellent topo.

mercredi 2 janvier 2013